Médoc

L’appellation la plus grande du Médoc s’étend paradoxalement sur la zone la plus étroite de la péninsule. Une terre dans laquelle s’est enracinée la vigne, aussi profondément que les valeurs et les coutumes de ses habitants.

Au nord de la péninsule médocaine, s’étend le vaste territoire de l’AOC Médoc. Terre parsemée de vignobles gallo-romains, témoignages d’un riche passé économique, Médoc connaît, dans les années 60, un second souffle venu d’Afrique du Nord. A cette époque, quelques rapatriés s’installent sur certaines terres viticoles laissées en jachère à la suite d’importantes crises financières. Armés d’une solide volonté, ils insufflent aux médocains un grand regain d’enthousiasme et font revivre une partie de la région viticole à l’aide de nouvelles méthodes culturales et de secrets de vinification.

On parlera plus facilement des terroirs de l’AOC Médoc plutôt que du terroir, tellement la variété des sols est importante en ces terres. Dans cette région viticole, les graves garonnaises se mélangent aux pyrénéennes et les sous-sols fourmillent d’argile, de calcaire, de sédiments marins et de tout ce que le brassage des eaux et les multiples érosions ont bien voulu créer. L’AOC Médoc profite, également, d’une Gironde plus large, atout géographique de taille car responsable de quelques conséquences climatiques bienfaisantes. En effet, plus la masse d’eau est importante, plus son action modératrice sur les excès thermiques va être influente.

L'AOC Médoc est majoritairement composée du cépage merlot, bonne proportion de cabernet-sauvignon, faible quantité de cabernet-franc, petit pourcentage de petit-verdot et de malbec. La surperficie de l'appellation est de 5473 hectares (35 % du vignoble médocain) avec une production moyenne de
38 millions de bouteilles.

1 à 1 sur 1 Page: 1 par page Trier par
1 à 1 sur 1 Page: 1 par page Trier par
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

© 2017 S.A.R.L. RAYMOND MATHELIN & FILS - Réalisation : ODL-Technology