Tavel - Mais quel rosé !

Le romancier Honoré de Balzac disait que c'est un des rares rosés que l'on puisse avantageusement laisser vieillir…

La culture de la vigne dans la région remonte au V siècle avant JC. Implanté par les Grecs, le vignoble s’est développé avec les romains. Situé sur un important axe de communication entre l’oppidum de Roquemaure et Nîmes, Tavel se trouvait en position idéale pour se développer. Cependant, le nom de villa tavellis qui va devenir au fil des ans Tavel apparaît pour la première fois dans des écrits du XIII siècle.

Au milieu du XIVe siècle, le pape Innocent VI, qui avait une prédilection particulière pour les vins de la rive droite du Rhône, fit venir pour la table pontificale ceux du Prieuré de Montézargues. Ce domaine viticole, qui existe toujours est situé au cœur de l'AOC Tavel. Après le retour des Papes à Rome et jusqu‘à la révolution, les vins de Tavel et de la région seront d’ailleurs exportés vers l’Italie. Dès 1737, un édit royal interdit l’ajout des vins étrangers dans la production de l’appellation et les vins de Tavel, ainsi que d’autres communes du Gard, pourront marquer leurs barriques du sigle C.d.R. (Côte du Rhône), posant là les prémisses des AOC.

En 1902, les producteurs de vins de Tavel formèrent un syndicat de propriétaires-viticulteurs. Pour faire connaître et apprécier leurs vins rosés, les membres participèrent à différentes expositions nationales et internationales dont celles de Lyon, Marseille, Strasbourg et Liège. En 1927, à l'incitation du baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié, Aimé Roudil, président du syndicat et quarante producteurs de Tavel engagent une action en justice auprès du tribunal civil du Gard afin de définir l'aire de production. Le décret définitif sera promulgué le 19 novembre 1937.

1 à 1 sur 1 Page: 1 par page Trier par
1 à 1 sur 1 Page: 1 par page Trier par
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

© 2017 S.A.R.L. RAYMOND MATHELIN & FILS - Réalisation : ODL-Technology